Marchés

Road / off road : la détection des piétons s’impose

Visuel interieur

Dernier must de la sécurité automobile, la détection de piétons s’affirme progressivement comme le complément technologique indispensable à la sécurité des engins industriels. Avec des performances bluffantes.

On en parle évidemment avec les voitures autonomes et la plupart des grandes marques automobiles – Toyota, BMW et Volvo en tête – le proposent déjà sur leurs modèles premium… Demain, toutes les voitures seront équipées d’un système de détection de piétons, de cyclistes ou d’animaux. Signe que la généralisation est engagée, Euro NCAP a décidé d’introduire dès cette année un nouveau test pour évaluer cette capacité de détection et, grâce au freinage d’urgence automatique, d’évitement de la collision.

Dans l’industrie aussi…

Dans le domaine industriel, la technologie gagne également du terrain. En particulier dans les environnements où piétons et engins doivent travailler en proximité : travaux publics, recyclage, mines, sidérurgie… « À la place des caméras simples, de plus en plus d’entreprises équipent leurs engins de radars de recul qui ont l’inconvénient de sonner sur tous les obstacles, de systèmes de détection à badges que tous les piétons doivent porter pour être détectés, ou de notre caméra intelligente qui reconnaît le piéton» explique Jean-Gabriel Pointeau, directeur Commercial de BLAXTAIR qui annonce un doublement des ventes du Blaxtair chaque année depuis 2014 !

Des risques et des enjeux plus élevés

Il faut dire que, dans ces environnements de travail, les risques de collision sont particulièrement forts. La faute aux angles morts plus importants sur ces engins ; à leur allure faible aussi qui donne l’illusion au piéton qu’il sera vu lors d’une manœuvre, alors même que le conducteur n’est jamais exclusivement focalisé sur le pilotage. Contrairement à l’automobiliste, celui-ci a, en effet, une tache productive et souvent répétitive à réaliser : déplacer des matériaux, charger ou décharger un godet… Le besoin d’assistance au pilotage est donc très fort et les enjeux d’autant plus importants que ce genre d’accident entraîne souvent des perturbations, voire l’arrêt pur et simple de l’exploitation !

Fonctionner en environnements sévères

Fort heureusement, les solutions existent pour ces usages. Et, même si ce n’est pas toujours su, elles bénéficient d’une technologie plus avancée que celles à l’œuvre dans l’automobile. Cela tient notamment au fait que ces systèmes, dans les secteurs industriels, doivent être plus robustes pour pouvoir fonctionner dans des environnements sévères : sur des terrains fortement accidentés, la nuit comme le jour, dans la poussière, des températures extrêmes et des champs électromagnétiques importants.

Avance technologique

Il faut donc du solide. Mais chez certains fournisseurs, c’est la technologie de détection elle-même qui a pris de l’avance. « Contrairement à l’automobile où on utilise la 2D, nos caméras stéréoscopiques « voient » en 3D ce qui permet d’évaluer la distance d’un obstacle quelle que soit la vitesse. Côté software, notre algorithme d’apprentissage nous permet de distinguer un piéton d’un objet et de ne pas distraire le conducteur à tort et à travers », explique Jean-Gabriel Pointeau. Avec à la clé, une cohabitation homme machine plus efficace… Ou, quand l’intelligence artificielle fait rimer sécurité et productivité.

14 avril 2016

Imprimer
Share