Expériences

Blaxtair : une technologie qui change la vie

pc

Machiniste chez Colas Suisse, Luis Miguel Cardoso de Almeida apprécie au quotidien le confort physique et psychologique apporté par les caméras de détection piéton installées sur sa pelle mécanique.

A 36 ans, Luis Miguel Cardoso de Almeida est un conducteur d’engin pour le moins expérimenté. 11 années dans la construction de route, dont 8 chez Colas Suisse aux commandes de la même pelle sur pneus ! Une machine puissante mais truffée d’angles morts et donc potentiellement dangereuse pour qui pénétrerait son champ d’action. Ce constat a conduit Colas Suisse, en 2015, à doter l’engin d’une solution de vidéo et de détection piéton afin de couvrir l’intégralité du périmètre et prévenir Luis Miguel en cas de danger de collision avec un piéton. « Cela a radicalement amélioré mes conditions de travail, assure-t-il, car, depuis la cabine, la visibilité est très réduite. J’étais très souvent obligé de me lever de mon siège et de me contorsionner pour m’assurer d’avoir le champ libre. »

Un contrôle éprouvant

Perché dans cette cabine exiguë, impossible en effet de savoir d’un coup d’œil et en permanence ce qu’il se passe au sol. Même en multipliant les rétroviseurs orientés… Avancez de quelques centimètres, changez l’orientation du bras ne serait-ce que de quelques degrés… et, à nouveau, tous les contrôles visuels sont à refaire, avant de pouvoir reprendre le travail en toute sécurité.

Inutile de dire que sur une rotation de 9 heures chaque jour, le stress et la fatigue supplémentaires accumulés, mais aussi la perte de temps étaient considérables. Après plusieurs années à ce régime, Luis Miguel a d’ailleurs développé des douleurs dorsales et cervicales qui l’ont régulièrement conduit chez le physiothérapeute.

Quand la technologie change la vie

C’est donc dans « sa chair », littéralement, que Luis Miguel mesure au quotidien les bénéfices des technologies de détection piétons. Depuis que sa pelle voit et détecte, il lui suffit d’un coup d’œil à l’écran pour contrôler son périmètre d’action. Cela reste une aide mais I il sait qu’il sera prévenu si un piéton franchit le périmètre de sécurité. Il sait peut donc plus facilement qu’il peut se concentrer sur sa tâche et actionner ses commandes en toute sérénité. « Que ce soit sur site ou sur la route, je travaille désormais l’esprit tranquille, confirme-t-il. Et, à la fin de la journée, je vous assure que la fatigue ressentie est divisée par 5, au moins. »

Colas Suisse : http://www.colas.ch/

16 décembre 2016

Imprimer
Share