Enjeux

BLAXTAIR, l’atout sécurité des groupes français qui s’exportent

World map on list of share prices

Pépite de la French Tech, Blaxtair prouve qu’en France, les entreprises du CAC 40 ne sont pas les seules à réussir à l’export. Entretien avec Franck Gayraud, son Directeur Général, sur les raisons d’un tel succès.

Comment s’est développée l’activité de BLAXTAIR au cours des années récentes?

Franck Gayraud : BLAXTAIR, qui offre des solutions de protection périmétrique des personnes autour des véhicules industriels, croît de 60 à 70% en moyenne chaque année depuis 4 ans. L’entreprise a toujours réalisé l’essentiel de son CA à l’étranger. Historiquement, d’abord grâce à d’importants contrats miniers au Chili ; puis en Grande-Bretagne, sur les Travaux Publics où nous avons réalisé 50% de notre CA en 2014. Le succès a d’ailleurs été tellement fulgurant que nous avons ouvert un bureau et mobilisé un tiers de notre effort commercial en Grande Bretagne à cette époque. Plus récemment, nous nous sommes implantés à Hong-Kong, où nous avons également désormais un bureau.

Comment expliquez-vous cette forte internationalisation de BLAXTAIR ?

Franck Gayraud : Notre développement en Grande-Bretagne et dans le monde anglo-saxon s’explique par la maturité, là-bas, de la question de la sécurité. L’approche y est très structurée tant au niveau des procédures que de l’achat de matériel. La sécurité est un chapitre important des appels d’offres, notamment parce que, pour les employeurs et les donneurs d’ordres, se couvrir contre les risques sur les chantiers est une priorité.

Au-delà de cette maturité culturelle, il y a la relation que nous avons avec les entreprises françaises qui décrochent de gros contrats dans les travaux publics un peu partout dans le monde. C’est Vinci qui nous a « emmené » au Chili et en Grande-Bretagne et notre réussite avec Bouygues en France s’est poursuivie à Hong Kong. Même si nous nous développons également avec nos distributeurs locaux – comme au Japon où nous connaissons un franc succès commercial -, ces rapports privilégiés nous ont permis d’enregistrer des croissances spectaculaires hors de France.

Qu’est-ce qui les incite à le faire ?

Franck Gayraud : La relation de confiance que nous avons bâtie avec eux en France et le besoin de se différencier dans les grandes compétitions internationales. Ils se battent naturellement sur les prix mais bien souvent, cela ne suffit plus. Pour se différencier, ils doivent apporter un plus sur la techno, l’innovation ou la sécurité. Il se trouve qu’avec le Blaxtair, ils ont les trois ! Grâce à notre caméra intelligente de détection-piétons – qui demeure un petit enjeu financier à l’échelle de ces chantiers – ils ont la meilleure proposition globale. Nous sommes comme la « cerise sur le gâteau » et cela suppose que notre solution tienne toujours toutes ses promesses.

25 juillet 2016

Imprimer
Share